Dis-moi Maman c’est un homme ou un animal?

Visionner l'image

Le titre m’a interpellée et c’est pour cette raison que j’ai acheté le livre et commencé sa lecture. Je me suis imaginée que c’était un enfant dans la rue qui demandait cela à sa maman en désignant un enfant autiste. C’est peut-être dur à  dire mais parfois Xavier a des réactions plus proches du comportement d’un animal que celui d’un enfant. Il ne communique pas comme un enfant, il se fait comprendre comme le fait un animal qui ne parle pas. Mais ce n’était pas du tout le sujet du livre que j’ai trouvé cependant très intéressant.

C’est une Maman qui raconte les problèmes qu’elle rencontre avec son fils autiste à  savoir son hypersélectivité. En effet, les enfants autistes sont hypersélectifs : ils ne mangent qu’une marque de gâteau, ne peuvent manger qu’avec une cuillère rouge dans un bol bleu. Cela parait idiot mais cela peut empoisonner une vie au quotidien. Cependant, la maman va plus loin et explique pourquoi les autistes ont beaucoup de mal à  comprendre et assimiler le vocabulaire. Par exemple, quand on montre une chaise à  nos enfants en la désignant il assimile que c’est une chaise mais il s’attache aux détails comme la couleur, la taille, la forme… Ce qui explique sa difficulté à  généraliser. Si on lui montre une autre chaise au design différent et qu’on lui demande ce que c’est il ne reconnait pas la chaise car il s’est tellement attaché aux détails qu’il ne retrouve pas que pour lui on ne peut pas qualifier cet autre objet de chaise.

Pour en revenir au titre je vais vous raconter l’anecdote. Thomas, le héros du livre, pose cette question à sa maman en voyant une vielle dame dans la rue. En effet, la dame âgée ne correspondait pas aux schémas physiques qu’il se faisait de l’humain, si bien qu’il ne peut la qualifier.

Le livre est très bien écrit et très formateur car la maman explique très bien les situations embarrassantes que peut engendrer ce problème d’hypersélectivité. De plus, les problèmes de comportement ont souvent pour origine une incompréhension de la part de l’enfant autiste du fait de son hypersélectivité. Voilà encore un livre qui va me rapprocher de Xavier en m’aidant à mieux le comprendre.

Vous pouvez acheter le livre ICI.

Ma lecture m’a beaucoup aidée pour comprendre pourquoi Xavier comprend certains verbes comme  » manger, boire, dormir, donner, s’asseoir » mais a beaucoup de mal à assimiler le vocabulaire. Morale de l’histoire : il faut que je généralise et quand je lui présente une girafe, il faut en présenter plusieurs différentes et fait des exercices de tri pour contrer cette hypersélectivité.



3 commentaires

  1. joelle 20 janvier

    C’est difficile à concevoir pour nos cerveaux très formatés, c’est bien que certaines mamans fassent ainsi part de leur expérience, comme toi tu le fais via ton blog! Merci!

    Répondre

  2. anonymous 21 janvier

    c’est vrai que l’autisme est toute un monde ,pour la compréhension du langage ,l’approche marque toute la différence ,avec Samy j’ai longtemps vecu la frustration que je parle chinois pour lui mais ,à ce moment je travaillais avec des photos ,impatiente du progrès ,j’introduisais beaucoup de mots ,alors resultat confusion echec et frustration pour nous deux,après est venue la prise de conscience que le « décalage » ne va jamais se tasser ,alors on a tout le temps…. la psy m’a conseillé de commencer en 3D ,un mot à la fois et y rester le temps que ça lui demande pour l’aquérir ,j’avoue que ça m’avait recadrée un peu et puis du coup on avance.
    tu vas voir Xavier risque de te surprendre.

    Répondre

  3. Virgule 24 janvier

    Ben moi c’est pareil que anonymus, parfois je veux aller trop vite et ça ne marche pas.
    Je ne connaissais pas ce livre, il a la’ir très intéressant!

    Répondre

Laisser un commentaire

Olivier Ange |
mutuelle senior |
مرحب... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | yanad
| Lisyane FROMONT - OSTEOPATH...
| Maigrir sans régime