PUZZLE

Afin de m’apprendre à rester un long moment assis sur ma table de travail, Maman m’a construit un support qui correspond à mon intérêt principal : les puzzles.

Elle a collé les bords droits d’un puzzle de 54 pièces de petits formats dans le couvercle d’une boîte à chaussure pour petits pieds.

Photo hérbergée par zimagez.com

C’est le genre de puzzle que l’on trouve dans les bazars. Comme les pièces sont petites cela me permet également de me faire travailler ma motricité fine.

J’adore les puzzles et il suffit que Maman pose le plateau sur ma table de travail pour que j’accours et que je m’installe très posément sur la table.

Photo hérbergée par zimagez.com

Une fois installé et le puzzle terminé ( au bout de 10minutes) je suis calme et concentré ce qui permet à Maman de me proposer d’autres plateaux qui renferment d’autres activités qui me plaisent plus ou moins.

Photo hérbergée par zimagez.com

Grâce à ce support Maman n’a plus besoin de me courir après pour m’asseoir de force sur ma chaise. Et grand progrès des vacances, je travaille désormais sur une petite table assis sur une chaise pour enfant alors qu’avant Maman m’attachait sur une chaise haute. Maman reste derrière moi au cas où l’idée de m’échapper me traversait la tête!



Les vacances sont presque terminées

Voilà, tout est dit dans le titre. A la fin de la semaine nous allons quitter notre maison de campagne pour retrouver notre nouveau logement. Nous avons, comme prévu, déménagé cet été mais ni moi ni les enfants ne sommes allés dans le nouvel appartement : surprise à la fin de la semaine.

J’avoue que j’appréhende beaucoup car, pendant les vacances nous avons vécu au rythme de Xavier : on a dormi en même temps que lui et on ne sortait que s’il était décidé et on a surtout vécu un peu comme des autistes enfermés dans notre bulle familiale.

Bilan : des vacances très agréables avec un Xavier très calme qui a fait beaucoup de progrès. Je l’ai trouvé très posé, il restait 45 minutes tous les matins sur sa petite table à travailler sans que j’ai à le maintenir ou l’attacher. Il m’est même arrivée de le laisser seul faire son travail , d’aller changer sa sœur et de revenir et de la voir très studieux terminer son activité sans ne l’avoir jamais quittée.

La communication s’est améliorée : il demande à boire en m’apportant son biberon et une bouteille d’eau, à aller à la piscine en exhibant son maillot fièrement décroché par ses soins de l’étendage…

Mais bon, les bonnes choses ont une fin et je suis aussi consciente que l’on ne peut pas vivre en société avec un rythme si décousu ! Il va falloir retrouver le train-train quotidien marqué pas les aller-retour à l’école, à la garderie et chez les différents thérapeutes sans oublier les visites régulières chez le médecin car mes enfants sont les champions des infections en tout genre !

Par contre, j’ai retenu de ces vacances qu’il était capable de faire beaucoup de choses et que tout ce que je fais ne sert pas à rien. Je vais conserver une séance quotidienne de travail de 45 minutes – 1h pour lui apprendre à rester assis correctement sur une chaise et travailler en autonomie, et je vais ajouter une séance de 30 minutes en fin de journée où il s’agira de faire un travail sur feuille en dirigé avec moi pour conserver sa passion du dessin, en l’obligeant à respecter une consigne (je mettrai ces fiches en téléchargement sur le blog tous les débuts de semaine).

Bref, je vais devoir me réhabituer aux crises de Monsieur quand il ne sera pas décidé à aller chercher Louis à l’école ou à aller chez l’orthophoniste ! J’oubliais aussi les nuits blanches, car il va arriver dans un nouvel univers, une nouvelle chambre ! Mais j’ai prévu de lui mettre une télé dans sa chambre avec des DVD, comme ça le soir je le coucherai vers 21h et lui mettrai KIRIKOU, et après il sera calme pour dormir. Avant j’aurais crié au scandale : une télé dans la chambre à 3 ans : mon Dieu ! Mais aujourd’hui je fais comme je peux en essayant de préserver ses frères et sœurs qui en ont marre de l’entendre hurler, mon couple et moi-même. Après tout regarder Kirikou pour s’endormir n’est pas dramatique.

Pour finir sur une note positive, le papa a fait de superbes travaux, il a recréé une ambiance Kirikou dans la chambre de Xavier et nous a organisé un espace de travail idéal. Je mettrai des photos dès que tout sera aménagé.



Utilisation de différents outils scripteurs effaçables

Comme j’aime beaucoup dessiner et que Maman ne veut pas que je m’enferme dans cette stéréotypie, elle m’oblige à utiliser différents outils comme :

- l’aquadoodle : un crayon à l’eau qui s’efface au bout de quelques minutes

Photo hérbergée par zimagez.com

J’adore ce support et Maman aussi car elle n’a pas peur que j’écrive partout, et peut donc me laisser me vouer à ma passion sereinement. Voici la version coloriage que l’on peut trouver chez hoptoys ICI.

Photo hérbergée par zimagez.com

Comme vous pouvez le voir, j’emporte mon coloriage partout :

Photo hérbergée par zimagez.com

En plus, le crayon doit être rempli d’eau régulièrement, ce qui m’oblige à formuler une demande au grand bonheur de Maman qui est ravie de me voir venir lui demander de recharger mon stylo.

- l’ardoise magique : qui s’efface quand on bouge la molette

Photo hérbergée par zimagez.com

- les craies

L’avantage de ces outils effaçables, c’est que je peux laisser libre cours à mon envie artistique sans surveillance et sans repeindre la moquette de ma chambre ou les murs du salon.

Il y a très peu de jeux que j’utilise correctement et que je peux faire seul. Hormis faire des puzzles et dessiner, je ne sais qu’aligner les objets. Maman doit tout m’apprendre.



Les « spotys »

Pour exercer ma motricité fine, Maman m’a présenté un nouvel outil : les spotys. Il s’agit de petits réservoirs de peinture surmontés d’une petite éponge qui s’imbibe de peinture au fur et à mesure que l’on appuie sur le spoty.

Photo hérbergée par zimagez.com

L’avantage de ce matériel est qu’il oblige celui qui l’utilise à serrer ses doigts contre sa paume pour pouvoir faire un tracé. Il faut donc être capable de coordonner ses mouvements : pincer et appuyer. De plus, l’apprentissage du point peut se faire facilement puisque que le spoty, par sa forme, implique un tracé de points.

Photo hérbergée par zimagez.com

Il y a quelques mois, Maman m’avait présenté les spotys mais je n’arrivais pas à les utiliser seuls. C’était très dur de coordonner mes gestes. D’ailleurs, à ce moment là Maman avait utilisé les spotys pour que j’utilise le pictogramme « aide-moi » car j’ai été attiré par ce drôle d’objet dès la première présentation. Maintenant, preuve en image, je suis très appliqué dans l’utilisation des spotys.

Photo hérbergée par zimagez.com

L’autre avantage des spotys c’est qu’ils permettent de faire de la peinture « proprement » : aucun risque que le pot de peinture tombe par terre ou que la peinture coule partout.



La piscine dans le jardin

Maman et Papa ont installé une piscine dans le jardin : j’adore ! je plonge la tête dans l’eau et saute partout. Je suis bien dans l’eau même si elle est un peu froide.

Maman est contente car la piscine a été un objet de communication car, moi qui ne dit rien et ne demande rien, quand je veux y aller je lui apporte mon maillot et essaie de lui enlever ses habits pour qu’elle vienne avec moi.

Photo hérbergée par zimagez.com

J’y vais tous les jours avec mon grand frère LOUIS. Cela demande beaucoup de surveillance mais pendant la journée il y a une bâche dessus et une fois celle-ci installée, je ne cherche pas à retourner dedans. Je préfère aller dans mon parterre de fleurs regarder les bourdons butiner les lavandes.

Photo hérbergée par zimagez.com



Limiter l’espace graphique

Quand je dessine, j’ai tendance à  vouloir remplir l’espace de la feuille afin de ne laisser aucun espace vide : comme si le vide me faisait peur et qu’il fallait absolument que je le comble.

Photo hérbergée par zimagez.com

Pour m’aider à  contrer cette lubie, Maman m’a aménagé un support. Elle a fixé avec du scratch adhésif des blocs de bois sur un plateau et elle me donne des crayons.

Je suis un peu contraint de dessiner en évitant ces obstacles et donc je ne peux plus combler le vide, je suis obligé, à un moment donné, de tourner autour des plots.

Photo hérbergée par zimagez.com

Au début, j’ai beaucoup hurlé car Maman a osé me présenter un support inhabituel et je ne pouvais plus utiliser les feutres à ma guise. Au bout d’un moment j’ai accepté et j’ai dessiné : encore une petite victoire pour Maman.



Lecture des comptines

Afin de me familiariser avec la langue écrite, Maman m’a fabriqué un nouveau support. Elle utilise les comptines que j’affectionne particulièrement.

Photo hérbergée par zimagez.com

Je dois poser la carte qui se trouve à ma droite lorsqu’elle s’arrête de chanter. Une fois la carte posée, Maman reprend la comptine. Quand elle s’arrête je reprends la carte la plus en haut et la comptine se poursuit.

Photo hérbergée par zimagez.com

J’ai  très vite compris le signal et je pose ma carte. Maman est très contente car, quand elle s’interrompt de chanter, je la regarde et elle me dit : « Mets la carte et je m’exécute ».

Cela ressemble à une comptine à deux voix, le texte et les images se mêlent. Pour m’aider et me sensibiliser à la lecture, Maman me prend le doigt pour que je suive le texte au fur et à mesure qu’elle le dit.

Maman a réécrit plusieurs comptines :

Les petits poissons dans l’eau

Photo hérbergée par zimagez.com

Une souris verte

Photo hérbergée par zimagez.com

L’araignée Gypsy

Photo hérbergée par zimagez.com

La famille tortue

Photo hérbergée par zimagez.com

Les cartes sont plastifiées et elles se fixent avec du scratch adhésif.

Si vous voulez les supports, vous pouvez contacter Maman par mail.



12

Olivier Ange |
mutuelle senior |
مرحب... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | yanad
| Lisyane FROMONT - OSTEOPATH...
| Maigrir sans régime