Progresssion toute petite section 2 ans

Maman pense que certaines mamans seront contentes de trouver les objectifs à atteindre pour chaque classe d’âge. Cela peut permettre aux parents de situer le niveau scolaire de leur enfant par rapport aux programmes nationaux.

Progresssion toute petite section 2 ans dans Progression maternelle doc programmationannuelletps.doc



Progression moyenne section 4 ans

Maman pense que certaines mamans seront contentes de trouver les objectifs à atteindre pour chaque classe d’âge. Cela peut permettre aux parents de situer le niveau scolaire de leur enfant par rapport aux programmes nationaux.

Progression moyenne section 4 ans dans Progression maternelle doc programmationannuellems.doc



Progression grande section 5 ans

Maman pense que certaines maman seront contente de trouver les objectifs à atteindre pour chaque classe d’âge. Cela peut permettre aux parents de situer le niveau scolaire de leur enfant par rapport aux programmes nationaux.

Progression grande section 5 ans dans Progression maternelle doc programmationannuellegs.doc



Loto sensoriel

Avec un pistolet à colle, différents tissus, des morceaux de paillasson, du coton… Maman m’a fabriqué un curieux loto. Il faut toucher les matières et associer celles identiques. Maman verbalise beaucoup, elle me dit si c’est doux, lisse, rugueux, froid, chaud, doux, dur… Je m’aide parfois des couleurs mais ce n’est pas toujours possible.

Loto sensoriel dans Exploration sensorielle dscn2556.th

Uploaded with ImageShack.us



Activités d’enseignement pour enfants autistes – Eric Schopler

Ce livre est mon livre de chevet qui m’aide à construire mes séances de travail et à trouver des idées pour faire travailler Xavier.

De nombreuses activités sont proposées en fonction de l’âge de développement de l’enfant de 0 à 5 ans.

Le matériel à utiliser est très basique, les outils sont très simple à fabriquer. Les explications des activités sont claires et rapides. Les activités sont classées par matière et par âge. On peut reprocher aux activités d’être un peu basiques et « vieillottes », mais c’est aux mamans de les moderniser à partir des jeux de leur enfant. Il me semble que c’est la méthode TEACCH qui est utilisée.

C’est un ouvrage indispensable pour construire soi-même ses séances. J’avais beaucoup de mal à trouver des idées pour faire travailler mon fils qui est très jeune et j’ai enfin trouvé dans ce livre des idées pour poursuivre des apprentissages.

Photo hérbergée par zimagez.com

Vous pouvez trouver ce livre ICI, ou sur Amazon, La Fnac… pour environ 35€ neuf.



Les boîtes à formes évolutives

Pour varier mes activités, Maman m’a fabriqué différentes boîtes à formes évolutives qui permettent de travailler différents apprentissages tout en gardant la même consigne : « mettre dans le trou ».

Étape 1 : une boîte uniforme

Dans un couvercle de tupperware maman ne m’a laissé qu’un petit trou et je dois y mettre des graines de haricots secs. Il y a un trou et une seule forme.

Étape 2 : une boîte « multi-formes »

Maman a percé le couvercle d’une boîte de lait en poudre en découpant 3 formes : un carré, un triangle et un rond. Je dois mettre dans le trous correspondant les différentes formes. C’est maman qui me donne les formes tout en me disant leur nom et leur couleur.

Les boîtes à formes évolutives dans Motricité fine dscn2529.th

Étape 3 : Une boîte à sous

Maman a créé une petite tirelire à partir d’un tupperware. Je dois faire passer des pièces par le trou. C’est un peu difficile car j’ai tendance à mettre mes pièces horizontalement, et elles ne rentrent alors pas dans le trou. Après beaucoup d’entraînement, j’arrive à les mettre verticalement.

Étape 4 : Une boîte à couvercle

Cette fois, Maman a fait deux fentes : une petite et une grande. Je dois mettre des couvercles de petits pots Blédina ou des couvercles de pots de confiture dans les trous. Non seulement je dois visualiser la taille de la fente, mais également tourner le couvercle verticalement pour le faire passer dans le trou.

dscn2527.th dans Motricité fine



Exemple concret d’une utilisation adaptée de la méthode PECS

Pour m’apprendre à communiquer avec des images, Maman utilise mes puzzles à encastrement que j’affectionne tout particulièrement. Elle a représenté chacune des pièces de mes puzzles, les a coloriées puis plastifiées. Ensuite, pour que je puisse plus facilement lui donner les images dans les mains elle y a scotché un bâton de glace. Puis, pour que je les vois, elle les a plantées dans une boîte à mouchoir recyclée pour l’occasion. Voici ce que ça donne en image :

Le puzzle de départ :

Photo hérbergée par zimagez.com

Une des images :

Photo hérbergée par zimagez.com

Le support des images:

Photo hérbergée par zimagez.com

Maman me prend toutes les pièces du puzzle puis, pour les récupérer une à une je dois lui donner l’image correspondant à la pièce désirée. Cela n’est pas très facile d’autant plus que la frustration est grande. Cependant, comme je ne supporte pas que mon puzzle soit vide je finis par jouer le jeu avec l’aide de Maman qui me met les images dans les mains.



Les troubles du sommeil

Jusqu’à mes deux ans, je restais dans mon lit. Quand je me réveillais la nuit, je restais sage dans mon lit à barreaux. Mais quand j’ai trouvé comment en sortir (non sans acrobaties avec la turbulette, cette dernière ayant retardé l’échéance), je préférais calmer mon angoisse en recherchant des sensations en courant partout dans ma chambre, en allant me cacher dans la maison ou en grimpant sur les meubles.

Non seulement, j’ai beaucoup de mal à m’endormir, mais en plus j’ai des insomnies : je me réveille à 3 heures du matin en pleine forme. Pour éviter de me donner des calmants, mes parents ont réaménagé la maison. Ils ont enlevé mon lit à barreaux et ont posé un matelas par terre, ça me rassure. Ils ont mis des coussins partout, j’aime être enveloppé « comme dans un œuf « , comme dit Louis. Ils m’ont laissé plein de livres car j’adore feuilleter des livres avant de m’endormir et ça m’occupe quand je ne dors pas la nuit. Enfin, ils ont mis une barrière à la porte pour m’empêcher de me sauver. Voilà, maintenant j’ai mon petit coin douillet qui me rassure et tout le monde dort mieux à la maison.

Photo hérbergée par zimagez.com



Les premiers pas vers l’apprentissage du découpage

Pour apprendre à utiliser des ciseaux, Maman me permet d’utiliser diverses pinces : pinces à biberon, pince à cornichon, pince à salade.

Étape 1 : Découverte des pinces
Au début maman me laisse manipuler les pinces comme je veux puis elle me montre comment attraper quelque chose avec. Ma préférée est la pince à cornichons.

Photo hérbergée par zimagez.com

Étape 2 : Utilisation des pinces, transport d’objet
Je dois par exemple transporter une boule de coton d’un bol à un autre.

Photo hérbergée par zimagez.com

Étape 3 : Précision du geste
Pour rendre l’exercice plus difficile, on peut transporter un marron d’un bol à une boîte à œuf.

Photo hérbergée par zimagez.com



Familiarisation avec les pictogrammes

Dans son objectif d’utilisation de la méthode PECS en tant que communication alternative ou augmentative, Maman m’initie aux pictogrammes. Pour l’instant, ceux que j’utilise et que je rencontre le plus souvent sont ceux qui représentent les différentes activités que je fais lors de mes séances quotidiennes. Afin que je me familiarise avec eux et que je comprenne l’action qu’ils représentent, je joue au loto. Je dois poser la carte pictogramme en dessous de la photo qui me représente en train de faire l’activité en question.

Voici quelques exemples :

Pour la pâte à modeler :

Photo hérbergée par zimagez.com

Pour la peinture :

Photo hérbergée par zimagez.com

Pour les jeux de construction :

Photo hérbergée par zimagez.com



1234

Olivier Ange |
mutuelle senior |
مرحب... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | yanad
| Lisyane FROMONT - OSTEOPATH...
| Maigrir sans régime